Le genre des noms en slovaque

Le slovaque, comme le français, a des genres, qui peuvent être source de problèmes pour ceux qui l’apprennent. À la différence du français, il en a trois : masculin, féminin et neutre. Ça a l’air compliqué, mais c’est plus facile que ça en a l’air : dans la plupart des cas, on peut deviner correctement le genre d’un nom slovaque.

Je viens de copier-coller les premières lignes de mon article sur les genres en russe, parce que le russe et le slovaque se ressemblent beaucoup sur ce point – le slovaque est peut-être un poil plus compliqué, mais pas tant que ça. Les règles générales suivantes vous permettront de deviner correctement le genre de la majorité des noms :

  • Les noms féminins se terminent très souvent par -a, parfois par une consonne molle.
  • Les noms masculins se terminent majoritairement par une consonne.
  • Les noms neutres se terminent presque tous par -o, -e ou -ie.
  • Les noms désignant une personne ont généralement le même genre que la personne désignée. Cela inclut les prénoms et les noms de famille, même s’ils ne correspondent pas aux règles habituelles (Ingrid est bien entendu féminin même si aucun nom commun terminé par -d n’est féminin en slovaque).

Cela suffit dans la majorité des cas, mais il reste pas mal d’exceptions. Nous allons donc voir en détail tous les cas de figure pour connaître avec certitude le genre de presque n’importe quel nom slovaque.

Rappel sur les consonnes

Avant de commencer, un petit rappel : les consonnes slovaques sont classées en trois catégories :

  • Les consonnes dures : d, t, n, l, g, k, h, ch.
  • Les consonnes molles : ď, ť, ň, ľ, , č, š, ž, c, dz, j.
  • Les consonnes neutres : b, m, p, r, s, v, z.

Gramatika súčasnej slovenčiny m’indique que f, q, x et w ne rentrent dans aucune de ces catégories, mais en ce qui nous concerne on peut ranger x parmi les consonnes neutres et les autres avec les consonnes dures.

Cette classification est utile pour l’orthographe (savoir si on écrit i ou y) et le choix du bon modèle de déclinaison, mais cela nous aidera aussi à déterminer le genre des mots qui se terminent par une consonne.

Mots en -a, -á et -ä

Ça commence bien : il y a des mots en -a des trois genres. Mais ce n’est pas si compliqué :

  • La majorité des mots en -a sont féminins et la majorité des noms féminins se terminent par -a : jahoda (fraise), krajina (pays), skupina (groupe), hudba (musique), ulica (rue)… Les mots en sont peu nombreux et sont tous féminins (ce sont surtout des titres de noblesse et des liens de parenté) : švagriná (belle-sœur), princezná (princesse).
  • Il y a des mots masculins en -a, mais ce sont tous des noms animés qui désignent des hommes : hrdina (héros), predseda (président), sudca (juge) et tous ceux en -ista (turista, komunista…). Exceptions : osoba (personne) et sirota (orphelin⋅e) sont féminins.
  • Les mots neutres en -a sont relativement peu nombreux et ils désignent quasiment tous des petits d’animaux : mača (chaton), jahňa (agneau), mláďa (petit d’animal). À cette catégorie appartiennent surtout deux mots courants : dieťa (enfant) et dievča (fille) et quelques mots désignant des personnes, notamment dvojča (jumeau) et knieža (prince, qui peut quand même être accordé au masculin). Après une consonne labiale (b, p, m, v), la terminaison est : žriebä (poulain), holúbä (pigeonneau).

Mots en -o

Les noms en -o sont généralement neutres : mesto (ville), slnko (soleil), pero (plume).

Il existe aussi des noms masculins en -o, mais ils sont tous animés et sont des diminutifs de prénoms (Mišo, Janko, Jožo…) ou des liens de parenté : dedo (grand-père), strýko (oncle).

Mots en -e

C’est facile : tous les noms en -e sont neutres. Ça inclut srdce (cœur), more (mer) et la catégorie des très nombreux mots en -ie : učenie (apprentissage), zákutie (recoin), pitie (boisson)…

Mots terminés par une consonne dure

Là aussi, c’est facile : tous les noms qui se terminent par une consonne dure sont masculins : list (feuille), západ (ouest), vlak (train), hroch (hippopotame), slon (éléphant).

D’accord, presque tous : il existe des noms neutres d’origine grecque qui se terminent par -on, terminaison supprimée aux autres cas quand on décline le mot. Mais ces mots sont extrêmement rares, je n’en ai jamais rencontré dans la nature et le seul que j’ai trouvé est epiteton (épithète).

Mots terminés par une consonne neutre

La grande majorité des noms qui se terminent par une consonne neutre sont masculins : dom (maison), pes (chien), zväz (union), mais on trouve aussi quelques noms féminins :

  • b : pas de nom féminin à signaler ;
  • m : zem (terre) ;
  • p : step (steppe) ;
  • r : jar (printemps), tvár (visage), zver (gibier), Sibír (Sibérie), neter (nièce) ;
  • s : os (axe), hus (oie), zmes (mélange), ves (village – mot archaïque mais fréquent dans les toponymes) ;
  • v : krv (sang), cirkev (Église), obuv (chaussure), reďkev (radis) ;
  • x : prax (pratique), syntax ;
  • z : reťaz (chaîne), haluz (branche).

Il faut aussi mentionner les noms neutres d’origine latine terminés par -um, terminaison qui disparaît quand on décline le mot. Les plus courants sont centrum, publikum et múzeum.

Mots terminés par une consonne molle

C’est sans doute le cas le plus compliqué : on trouve dans cette catégorie des noms masculins et des noms féminins. Cependant, vous gagnerez beaucoup de temps en retenant que les suffixes -osť et -áreň sont féminins et que -ec et -teľ sont masculins. Retenez aussi la règle « les mots qui désignent des hommes sont masculins, ceux qui désignent des femmes sont féminins » qui marche la plupart du temps. La seule exception qui me vient à l’esprit est obeť (victime) qui est, comme en français, toujours féminin même s’il est question d’un homme.

Voici des mots (relativement) courants terminés par une consonne molle et classés par genre :

Consonne finale Masculins Féminins
ď dážď (pluie), medveď (ours) meď (cuivre), odpoveď (réponse), čeľaď (famille taxinomique), loď (bateau), žrď (perche), hruď (poitrine)
ť zať (gendre), hosť (invité) La majorité : chuť (goût), smrť (mort), pamäť (mémoire), etc. ; tous ceux avec le suffixe -osť : radosť (joie), veľkosť (taille)…
ň deň (jour), týždeň (semaine), tieň (ombre), stupeň (degré), kôň (cheval), kameň (pierre), oheň (feu), koreň (racine), prameň (source), plameň (flamme), väzeň (prisonnier), prsteň (bague), rezeň (escalope), hrebeň (peigne), kmeň (tronc, tribu), peň (souche)… La majorité : úroveň (niveau), sieň (salle), dlaň (paume), etc. ; tous ceux avec le suffixe -áreň : čakáreň (salle d’attente), kaviareň (café), tlačiareň (imprimante)…
ľ cieľ (but), kráľ (roi), kúpeľ (bain), motýľ (papillon), kašeľ (toux), sopeľ (morve), tous ceux avec le suffixe -teľ : čitateľ (lecteur), učiteľ (enseignant)… soľ (sel), oceľ (acier), posteľ (lit), diaľ (lointain), čepeľ (lame), myseľ (pensée)
bridž (bridge), imidž (image de marque) Apparemment aucun mot courant
č La plupart : kľúč (clé), lúč (rayon), meč (épée), moč (urine) et ceux avec le suffixe -áč : hráč (joueur), kováč (forgeron), počítač (ordinateur) ou -ič : rodič (parent), vodič (conducteur), hasič (pompier)… tlač (impression), obruč (anneau), reč (parole), chatrč (cabane), žlč (bile)
š La plupart : kôš (corbeille), verš (vers), guláš/guľáš (goulache), sobáš (mariage), vankúš (oreiller)… myš (souris), voš (pou), súš (terre ferme), rozkoš (plaisir)
ž muž (homme), kríž (croix), pápež (pape) lož (mensonge), súťaž (concours), mládež (jeunesse), krádež (vol), nádrž (réservoir), stráž (garde) et les mots d’origine française en -áž : pláž (plage), garáž (garage), masáž (massage)…
c Quasiment tous : zajac (lièvre) ; tous ceux avec le suffixe -ec : športovec (sportif), chodec (piéton)… vec (chose), obec (commune), moc (pouvoir), noc (nuit)
dz Apparemment aucun mosadz (laiton)
j Quasiment tous : stroj (machine), čaj (thé), boj (combat), rozvoj (développement), kraj (région), olej (huile)… nádej (espoir), esej (essai), výzbroj (armement)

La plupart des polyglottes recommandent pour l’apprentissage du vocabulaire d’apprendre des groupes de mots plutôt que des mots isolés. Ça permet de les associer à un contexte et ainsi de mieux les assimiler. En l’occurrence, si vous associez un nom à un adjectif, ça vous permettra aussi d’apprendre son genre : cenná vec (une chose précieuse), Zem je plochá (la Terre est plate), dobrú noc (bonne nuit), slnečnicový olej (huile de tournesol).

Mots terminés par autre chose

Certains noms sont en réalité des adjectifs utilisés comme noms, et ont donc les terminaisons habituelles des adjectifs : vedúci (gérant) est masculin, chyžná (femme de chambre) est féminin et nájomné (loyer) est neutre.

Quelques noms d’origine étrangère qui ont une terminaison inhabituelle en slovaque ont simplement un genre arbitraire qui doit être appris : menu et alibi sont neutres.

Pluralia tantum

Tout ce dont j’ai parlé concerne les noms singuliers. Mais il existe aussi des noms qui n’existent qu’au pluriel, et dans ce cas le genre peut être plus difficile à déterminer :

  • nožnice (ciseaux) et dvere (porte) sont féminins ;
  • okuliare (lunettes) et peniaze (argent) sont masculins ;
  • prsia (poitrine) et pľúca (poumons) sont neutres.

Les adjectifs et les verbes ne s’accordent pas en genre au pluriel, donc le genre de ces mots n’a pas tellement d’importance. Il sert surtout à savoir comment décliner ces noms au pluriel, puisque les terminaisons dépendent du genre. Les seules règles que je peux trouver sont les suivantes :

  • -a au pluriel est caractéristique des noms neutres ;
  • les noms de villes en -y sont généralement masculins (Piešťany,Topoľčany), ceux en -e sont généralement féminins (Košice, Michalovce), mais pas toujours : Malacky est féminin, Vráble est masculin.

Conclusion

J’ai peut-être oublié quelques bizarreries, mais globalement, on a fait le tour. Ça paraît un peu effrayant présenté comme ça, mais en pratique, les cas où on peut avoir un doute sont assez peu nombreux. De toute façon, si vous vous trompez, ça n’empêchera pas la compréhension : je ne connais pas de paire de mots identiques qui ont un genre différent.

Ce que je fais, dans tous les cas où il peut y avoir un doute, c’est apprendre le nom avec son génitif : normalement, ça suffit pour connaître le genre du mot et son type de déclinaison. Il faut être un peu à l’aise avec les déclinaisons, mais tout est sur Wikipédia.

Enfin, je recommande d’utiliser les excellents dictionnaires de l’institut de linguistique Ľudovít Štúr. Ils indiquent systématiquement le genre des noms (m : masculin, ž : féminin, s : neutre), leur génitif et les cas qui peuvent poser problème.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.