Budapest et excursions en Slovaquie

Depuis que je suis en Slovaquie, j’ai pu pas mal voyager le week-end. Je suis allé à Budapest, dans plusieurs villes de Slovaquie et même en Tchéquie et en Pologne.

Budapest

J’avais déjà visité la Hongrie plusieurs fois (en 2008 et 2011), mais je n’étais jamais allé à Budapest et je voulais visiter cette ville. Peu après mon arrivée en Slovaquie, j’ai appris que des espérantistes hongrois organisaient une rencontre pendant un week-end d’octobre. J’ai donc décidé d’y aller.

Je suis parti un vendredi, avec mon collègue turc, débutant en espéranto. Nous sommes arrivés à Budapest au bout d’environ six ou sept heures (dont deux heures de retard). La rencontre était du vendredi soir au dimanche matin. Il y avait quelques dizaines de personnes, principalement de Hongrie mais aussi d’autres pays (Slovaquie, Tchéquie, France, Italie). Nous avons mangé des gâteaux apportés par les participants, discuté et regardé des films.

Le dimanche, j’ai visité Budapest avec mon collègue turc. Une Hongroise nous a proposé de nous montrer la ville le matin. Nous nous sommes un peu promenés, et nous voulions voir Hősök tere (la Place des Héros) mais il y avait une manifestation dessus. Je ne sais pas pourquoi ils manifestaient, mais il y avait de nombreux drapeaux sicules.

À midi, la Hongroise nous a quittés et nous sommes allés à l’auberge de jeunesse que mon collègue avait trouvée sur Internet. Nous avons trouvé l’endroit, nous sommes entrés dans une cour… Et là, des graffitis partout sur les murs, des bouteilles vides qui traînaient par terre, des mecs à moitié à poil… Je me suis dit : « Ah… Donc c’est ça, une auberge de jeunesse ? » Un type nous a accueillis en anglais, je ne sais pas d’où il venait mais sûrement pas de Hongrie. Il nous a demandé si on nous voulions réserver une chambre, et nous a expliqué que c’est une auberge de jeunesse pour faire la fête, avec des gens qui picolent et qui s’envoient en l’air dans le lit d’à côté, mais que si on préfère dormir, il y a une auberge plus calme au coin de la rue.

Nous sommes donc allés à l’autre auberge, que je recommande. Pour environ 13 €, nous avons dormi dans un dortoir calme et propre où personne ne nous a dérangés. Et elle est bien située, nous n’avons pas eu besoin de prendre le métro.

Quoi qu’il en soit, cet après-midi-là nous nous sommes promenés au bord du Danube. Il y avait pas mal de travaux dans la ville et j’ai pu enfin voir le parlement de Budapest.

Parlement de Budapest

Le parlement de Budapest

Le lundi matin, avant de rependre le train, je suis allé à pied en haut de la colline Gellért. C’était un peu sale, mais d’en haut on a une belle vue. Et il y avait beaucoup de Français.

Panorama de Budapest

Panorama de Budapest vu de la colline Gellért

Terchová

Avant mon arrivée en Slovaquie dans le cadre du service volontaire européen, on m’a informé qu’il y aurait un séminaire auquel les nouveaux volontaires en Slovaquie doivent assister. Tout ce que je savais, c’était le lieu et la date : quatre jours au début du mois de novembre à Terchová, un village dans les montagnes.

Terchová

Terchová

Le jour en question, je suis arrivé avec mon collègue turc (qui est aussi volontaire) en début d’après-midi à l’auberge où nous devions aller. Nous étions les premiers, et nous n’avions aucune idée de ce qui nous attendait et de qui d’autre viendrait.

Vers 18 heures, tous les autres participants étaient là. Il y avait deux organisateurs slovaques et d’autres volontaires. Nous nous sommes présentés un par un : nous étions au total 20 volontaires de 18 pays différents. Au dîner, nous avons discuté et apparemment personne d’autre n’avait eu plus d’informations que nous sur ce séminaire. Le soir, nous nous sommes promenés dans le village. Nous sommes allés au cimetière, parce que c’était le premier novembre, jour de la Toussaint : il était couvert de centaines de bougies dans des petites lanternes rouges et jaunes, c’était assez joli.

Les jours suivants, nous avons eu des activités et des discussions sur le SVE, ce que nous en attendions, notre organisation, la Slovaquie, etc. Le but était principalement que les volontaires en Slovaquie fassent connaissance. En fait, ça m’a beaucoup fait penser aux rencontres d’espéranto, mais sans espéranto. Sauf que j’ai découvert tout à fait par hasard que la volontaire ukrainienne le parle (pas très couramment parce qu’elle manque de pratique, mais elle le parle). Avec les autres je parlais surtout en anglais, mais j’ai aussi parlé en français (même si j’étais le seul Français) et en russe. La plupart des participants parlaient un anglais convenable, même si certains avaient un accent un peu dur à comprendre (les volontaires de Russie et d’Espagne, principalement).

Malá Fatra

Le massif de la Petite Fatra, qui entoure Terchová

Avant d’aller à ce séminaire, je pensais que ce serait ennuyeux, mais finalement je ne regrette pas du tout d’y être allé. J’ai passé un bon week-end et ça a permis à tous les volontaires de connaître des gens dans la même situation qu’eux et de se faire des amis en Slovaquie (même si ce sont tous des étrangers). Les week-ends suivants, j’ai invité ou été invité par d’autres volontaires.

Banská Bystrica

Banská Bystrica est une ville du centre de la Slovaquie. J’y suis allé seulement pour une journée.

Banská Bystrica

Banská Bystrica

Modra

Modra est une petite ville dans l’ouest de la Slovaquie. J’y suis allé parce que l’association où je travaille y organisait une rencontre des utilisateurs de Wikipédia d’Europe centrale et orientale. Ils vendent du vin partout, dans cette ville.

Modra

Une église à Modra

Bratislava

Juste après Modra, je suis allé à Bratislava, pour rencontrer des volontaires qui y habitent. J’y étais déjà allé il y a deux ans, mais je n’avais pas tout vu. Je n’étais même pas allé au château de Bratislava. Maintenant, c’est fait.

Château de Bratislava

Le château de Bratislava

Le lendemain, nous sommes allés à Devín, un château en ruines que j’avais déjà vu il y a deux ans. Nous nous sommes ensuite promenés le long de la Morava jusqu’à une étrange colline avec du sable.

Sandberg

La colline en question, appelée « Sandberg »

Čadca

Čadca est une ville au nord de la Slovaquie. J’y suis allé pour voir des volontaires ; la ville elle-même n’a rien d’extraordinaire (même si elle est légèrement plus intéressante que Partizánske). Il y a des immeubles qui ressemblent à la Russie, mais dans le centre il y a une rue piétonne avec des magasins et une fontaine bizarre.

La rivière Kysuca à Čadca

La rivière Kysuca à Čadca

Český Těšín et Cieszyn

Český Těšín est une ville de République tchèque, Cieszyn une ville de Pologne. Les deux sont séparées par une rivière appelée Olše en tchèque et Olza en polonais, à une trentaine de kilomètres de la Slovaquie.

La Tchéquie à gauche, la Pologne à droite

La Tchéquie à gauche, la Pologne à droite

Le côté polonais est plus intéressant. Étrangement, il y avait beaucoup de panneaux en tchèque, et au marché les prix étaient en couronnes tchèques.

C'est à Cieszyn, et en fait je ne sais pas vraiment ce que c'est.

C’est à Cieszyn, et en fait je ne sais pas vraiment ce que c’est.

Mon séjour durera encore jusqu’en septembre, ce qui me laisse encore beaucoup de temps pour voyager. La Slovaquie est un petit pays mais il y a beaucoup de choses à voir.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.