Je suis allé en Hongrie à vélo

Après avoir essayé le cyclotourisme il y a quatre ans, j’ai finalement eu le temps et le courage de réessayer tout seul, cette fois-ci en Slovaquie et en Hongrie.

Après réuni le matériel nécessaire, je suis parti samedi dernier vers le sud avec un plan assez vague. Je m’étais donné au maximum une semaine, mais en me laissant la possibilité de revenir en train – ce que j’ai finalement fait.

Voir l’itinéraire complet en plein écran

Jour 1 : Partizánske, Hrušov

Je suis parti vers 11 heures après avoir tout chargé sur le vélo.

J’avais peur d’avoir trop d’affaires, mais finalement ça tient.

Au bout de quelques kilomètres, j’ai pu voir le spectacle étrange d’un lac vide. Il a été vidé en 2013 pour réparer le barrage, mais il n’a jamais été rempli depuis. La date de remplissage est sans cesse repoussée, et au lieu d’un joli lac où on peut se baigner, il y a maintenant un gros terrain vague moche.

L’ex-lac de Veľké Uherce.

Une heure après mon départ, j’ai eu une crevaison… J’en ai profité pour déjeuner. Après avoir réparé la crevaison, j’ai galéré à remettre le pneu sur la jante à un tel point que ma pause a duré deux heures et demi. Je me voyais déjà revenir la queue entre les jambes au bout d’une dizaine de kilomètres… Mais j’ai finalement réussi et je suis reparti. Heureusement, ça a été mon seul problème technique du voyage.

Je n’aime pas les montées, donc j’avais choisi un itinéraire globalement plat. Mais Partizánske est entouré de collines, et pour partir vers le sud comme je l’avais décidé, il faut soit prendre la route de Nitra (avec pas mal de circulation et que je connais par cœur) ou bien la route de Zlaté Moravce. J’ai choisi cette dernière, même s’il y avait du relief – je sais que c’est possible parce que j’avais déjà fait du vélo sur cette route, et puis autant faire en sorte que le pire jour soit le premier.

Impossible de pédaler là-dessus, j’ai dû pousser le vélo et il glissait sur le sable. Mais au moins le paysage est joli.

Les problèmes techniques et les montées sous un soleil de plomb n’étaient pas franchement amusantes, mais dès que la route s’est mise à descendre, mon humeur s’est nettement améliorée. J’ai fait un petit détour par Skýcov pour me ravitailler en eau.

En France, on peut trouver un robinet d’eau potable dans tous les cimetières. En Slovaquie, ça n’est visiblement pas le cas. J’ai fini par prendre un verre dans un bar et demander s’ils pouvaient me remplir mes bouteilles, ce qu’ils ont fait.

La place principale de Skýcov, avec un monument dédié au soulèvement national slovaque. Sur la mairie, un panneau d’affichage m’informait qu’il faisait 33 °C à l’ombre alors que c’était le soir.

Les Slovaques sont globalement plus religieux que les Français. On trouve beaucoup de crucifix et de petites chapelles au bord des routes.

Plutôt que de suivre bêtement la route, j’avais décidé de faire un détour pour pouvoir admirer le château de Hrušov, une ruine qui date du XIIIe siècle. La montée n’était pas facile, mais j’ai été récompensé par une vue splendide.

Le château de Hrušov

On peut visiter les ruines et admirer un superbe panorama des environs.

À côté du château, il y a un abri avec des tables de pique-nique. Quand je suis arrivé, un groupe de pique-niqueurs remballait ses affaires, dont une grosse marmite, et l’un d’eux m’a interpellé : « Jeune homme, vous voulez de la goulache ? » J’ai trouvé ça vraiment sympa, et la goulache était bonne. En partant, ils m’ont aussi laissé deux bouteilles d’eau encore à moitié pleines.

La Slovaquie utilise la même heure que la France, mais elle est beaucoup plus à l’est, donc la nuit tombe plus tôt. À quelques jours du solstice d’été, le Soleil se couche à 21 heures, mais à 5 heures du matin il fait déjà jour. Comme il allait faire nuit, j’ai monté ma tente dans la forêt près des ruines, après avoir parcouru ce jour-là 29 km, encore moins que ce que j’avais prévu.

J’avais peur d’avoir froid, mais en fait j’ai sué des litres et j’ai mal dormi. Quand je me suis réveillé, je rêvais que je prenais une douche…

Jour 2 : Topoľčianky, Levice

Le château de Hrušov est situé sur un sommet. À partir de là, la route descendait, et pendant les premiers kilomètres de la journée, je n’ai presque pas eu besoin de pédaler.

Pourquoi vous me fixez comme ça ?

Je suis rapidement arrivé à Topoľčianky, une ville connue pour son vin et pour ses écuries. J’y étais déjà allé plusieurs fois, alors je ne m’y suis pas attardé.

Le château de Topoľčianky.

La ville suivante, à seulement quelques kilomètres de Topoľčianky, est appelée Zlaté Moravce et n’a pas beaucoup d’intérêt. J’y ai juste fait quelques courses et j’ai regonflé mes pneus dans une station-service (je n’avais pas envie de devoir réparer une autre crevaison).

Un nid de cigogne à Čierne Kľačany.

Une église à Lipník. Je pensais que l’église de Partizánske était particulièrement moche, mais je crois que j’ai trouvé un bon concurrent.

Le Hron (affluent du Danube) à Tlmače.

Vers midi, je suis arrivé à Levice, une ville relativement importante avec un château fort.

La mairie de Levice. La ville était étrangement déserte, probablement parce que c’était dimanche après-midi et qu’il faisait 35 °C à l’ombre.

Le château de Levice.

À Levice, j’ai vu quelques inscriptions en hongrois, et les villages que j’ai ensuite traversés étaient tous bilingues, avec de la signalisation en slovaque et en hongrois.

Mýtne Ludany, le premier village bilingue où je suis passé. Son nom est officiellement traduit en hongrois (Vámosladány), ce qui signifie qu’au moins 20 % de sa population s’est déclarée hongroise.

Je n’avais pas pensé à ce détail quand j’ai acheté cette tablette de chocolat…

Le cyclotourisme, c’est aussi beaucoup de routes sans intérêt.

Une église à Sikenica. Ce ciel ne me plaît pas beaucoup…

En fin d’après-midi, le ciel s’est couvert et ce qui devait arriver arriva : un orage a éclaté. J’étais en train de traverser une forêt, alors je m’y suis réfugié. J’ai décidé d’y monter ma tente. Par chance, le vent et le tonnerre ont rapidement cessé, mais la pluie a duré une heure. J’ai eu l’agréable surprise de découvrir que mes sacoches étaient à peu près étanches et ma tente a bien résisté à la pluie.

Puis j’ai entendu des bruits de pas. Je suis sorti de la tente et je suis tombé sur un garde forestier. Oups, je devais être visible depuis la route… Il m’a demandé ce que je faisais là et combien de temps je comptais rester. Apparemment, ce n’était pas vraiment autorisé de camper ici (je ne suis pas convaincu : je n’ai vu aucune interdiction explicite et je n’étais pas dans un parc national ou une propriété privée). Mais il m’a permis de rester là pour la nuit et est reparti en disant « Ne vous faites pas manger par les sangliers. »

En vérifiant mon itinéraire après mon retour, j’ai été surpris de voir que j’avais fait environ 75 km ce jour-là.

Jour 3 : Esztergom

Je me suis levé aux aurores pour reprendre la route. Il faisait gris, mais il n’a pas plu. À cette heure-là, la route était presque déserte – j’ai dû voir plus de faisans que de voitures. Dans le premier village que j’ai traversé, je me suis fait poursuivre par un chien. Heureusement, j’étais dans une descente et je l’ai semé facilement. J’ai lu que les chiens errants sont un problème pour les cyclotouristes en Roumanie, mais je ne m’y attendais pas en Slovaquie. Il m’a fichu la frousse, plus tard dans la matinée j’ai eu peur en apercevant un chien dans les fourrés alors qu’il s’est contenté de me regarder passer tranquillement…

À partir de Sikenica (le dernier village que j’avais traversé la veille) et pendant 30 km, tous les villages dans lesquels je suis passé avaient l’air plus pauvres que ce à quoi la Slovaquie m’avait habitué. Les maisons semblaient plus anciennes et délabrées. J’ai demandé à une femme qui venait d’ouvrir son bistro si elle pouvait remplir mes bouteilles, mais elle m’a conseillé d’aller plus loin parce que l’eau du robinet n’est pas très bonne chez elle, ce qui m’a surpris parce que l’eau en Slovaquie est normalement excellente.

Šalov, là où un chien m’a couru après.

Un arrêt de bus abandonné.

Un monument étrange.

« École maternelle avec enseignement en hongrois. » Le traitement de la minorité hongroise (environ 9 % de la population du pays) a été une source de tensions entre la Slovaquie et la Hongrie, mais pourtant la Slovaquie traite ses minorités linguistiques bien mieux que la France.

Cette région n’est pas si plate, finalement. En haut, j’ai enfin pu apercevoir la Hongrie.

Au bout de quatre heures, j’ai atteint Štúrovo. Cette ville autrefois appelée Parkan (et encore appelée Párkány en hongrois) a été renommée d’après Ľudovít Štúr, le père de la langue littéraire slovaque qui n’a aucun rapport avec la ville, manifestement dans le but de contrarier la minorité hongroise. Elle est située au bord du Danube, en face d’Esztergom qui est en Hongrie. J’avais déjà visité Esztergom il y a six ans, je ne pensais pas que j’y reviendrais dans de telles conditions.

Ça y est, j’ai (presque) atteint la Hongrie. Photo prise du côté slovaque avec le Danube et la cathédrale Saint-Adalbert d’Esztergom en arrière-plan.

Les deux villes sont reliées par le pont Marie-Valérie, détruit en 1944 et remis en service seulement en 2001.

C’est la première fois que je traverse une frontière à vélo.

La veille, quand je me demandais si je devais continuer, je m’étais dit que j’irais au moins jusqu’en Hongrie, que je trouverai une auberge de jeunesse et que je verrai ensuite. Je suis donc allé au centre d’information touristique pour demander où je pouvais passer la nuit. En entrant dans le bureau climatisé, j’ai eu la sensation d’être tout crade et plein de sueur. Il n’y a apparemment pas d’auberge de jeunesse à Esztergom, mais on m’a proposé une pension à 23 € la nuit. J’ai pu me doucher, me reposer et faire sécher mes affaires encore mouillées de la veille.

La vue depuis la cathédrale.

L’immense cathédrale d’Esztergom.

J’avais prévu de suivre le Danube jusqu’à Bratislava, mais c’était peut-être un peu ambitieux. J’ai pris la décision de rentrer en train le lendemain. J’ai fait ce jour-là 40 km avant le déjeuner.

Jour 4 : le retour

Je suis retourné à Štúrovo pour prendre le train. Prendre le train avec un vélo est très simple en Slovaquie, les trains neufs sont équipés d’un compartiment pour les voyageurs avec des vélos et ça ne coûte pas cher (1,50 €, quelle que soit la distance). J’ai juste dû trimbaler mon vélo chargé dans les escaliers de la gare.

Dans le train, j’ai entendu la contrôleuse discuter avec un autre passager qui avait un vélo. Il racontait qu’il avait un jour fait 180 km en une journée avec un vieux vélo, alors que j’ai péniblement fait 144 km en trois jours (150 si on compte le retour à la gare de Štúrovo). Mieux vaut ne pas me comparer aux autres si je ne veux pas déprimer… De toute façon, je ne fais pas la course.

Conclusions

C’était une expérience assez intense physiquement et mentalement. Je ne suis pas un grand sportif (même si j’essaie depuis quelques mois de courir un peu), mais, bizarrement, je n’ai pas eu de courbatures après toute une journée passée à pédaler. Mentalement, il y a eu pas mal de hauts et de bas – j’étais content quand j’ai atteint le château de Hrušov et la Hongrie, mais il y a aussi eu un certain nombre de moments où je me suis dit « Mais qu’est-ce que je fais là alors que je pourrais être tranquille sur mon canapé ? » C’est d’ailleurs pour ça que je suis rentré plus tôt que prévu. Les pires choses pour mon humeur sont les problèmes techniques et pousser mon vélo dans les côtes, en particulier sous le cagnard – bien plus que la pluie.

L’avantage d’être tout seul, c’est que je peux faire ce que je veux : choisir la route que je veux, faire des pauses où et quand je veux sans devoir justifier mes choix et aller à mon rythme sans que personne ne me dise que je suis trop lent. Je ne suis pas parti très longtemps, donc je n’ai pas eu le temps de vraiment me sentir seul, mais un peu de compagnie m’aurait fait du bien à certains moments.

Voyager à vélo ne coûte vraiment pas cher. J’avais déjà l’essentiel du matériel, j’ai juste dépensé une quinzaine d’euros pour ce qui me manquait (principalement un matelas et des outils pour réparer le vélo). Pendant ces quelques jours, j’ai dépensé 44,40 € – et sans la pension et le train, à peine 15 €.

Dans l’ensemble, je suis content de cette expérience. Un autre avantage du voyage à vélo par rapport à d’autres formes de voyage, c’est le sentiment d’accomplissement : je peux maintenant dire que je suis allé en Hongrie à la force de mes mollets, alors que « j’ai posé mes fesses dans un train et je suis resté assis trois heures » n’est pas vraiment un exploit. Plusieurs personnes m’ont dit : « T’es fou, moi je pourrais pas ! Je te savais pas si aventurier ! », même si je ne trouve pas ça si impressionnant, probablement parce que j’ai lu plusieurs récits de voyageurs qui traversent des continents entiers à vélo.

Je réessaierai peut-être un jour de voyager à vélo, mais pas tout de suite.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Charlotte dit :

    Très interessant! Merci beaucoup pour le texte.

  2. Petra dit :

    Superbe ! 🙂 Je t’admire pour faire ça, je pourrais jamais faire.

  3. Fredo dit :

    Beau résumé de ton aventure. Nous sommes très fiers de toi. Nous avons hâte de découvrir ton prochain périple.
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.